• En juillet 2015 nous avons passés trois semaines et demie en Amazonie et au Nordeste. Une déception tant sur le plan géographique que humain. 

    L'Amazonie nous a décu car nous n'y avons pas retrouvé les sensations qui furent les notres en Guyane 15 ans plus tôt, caprice d'enfant gâté à n'en pas douter! Mais nous y avons passé une petite semaine agréable. Manaus n'est pas la ville abominable que nous redoutions et les 4 jours passés dans la jungle se sont avérés plaisants. Nous avons travaillé avec une agence sérieuse Iguana Turismo qui ne vous ment pas sur ce que vous allez faire et qui, une fois sur place, essaie autant que faire se peut de résoudre vos problèmes et de répondre au mieux à vos attentes. En juillet les eaux de l'Amazone redescendent après être montées de 12 m, un spectacle réellement intéressant.

    De Manaus nous sommes allés à Fortaleza que nous avons quittée de suite pour une plus ville au bord de la mer Paracuru. Guère intéressant. La mer n'y est pas spécilement belle, la ville sans intérêt bref je ne le conseille ! Même si nous y avons rencontrés des français super sympas! 

    De là nous sommes allés à Jericoacoara; Quelle déception! Peut-être qu'il y a 15 ans quand ce n'était qu'un village perdu au milieu des dunes cela valait-il la peine mais aujourd'hui c'est une industrie touristique de bas étage. Plus de 120 pousadas, des prix exorbitants au regard des standards locaux, une surpopulation qui nuit à l'équilibre écologique de la zone, royaume des beaufs indécrottables qui s’enivrent de sensations fortes sur des buggys bruyants,en un mot comme en cent une Honte!!! Et comme de juste un highlight du Lonely Planet, vraiment une honte...

    Puis nous sommes partis vers Ubajara et son soi-disant parc national. Une autre honte! Le parc est ridiculement petit. Il n'est possible de s'y balader qu'avec un guide. Ce n'est pas tant qu'il faille payer mais bien que vous marcherez lentement et qu'il n'y a rien à voir ou si peu, une vue sur le sertao et une petite cascade. La grotte n'est plus possible depuis que le téléphérique est en maintenance. Après Chapada Diamantina ça la fout mal si j'ose dire! Et enfin toujours sur les indications du LP, que j'ai brûlé depuis, nous avons dormi au sitio do Alemao. Bravo, non mais bravo!!! Rustique ici signifie sale, peu sympa, quasiment abandonné, infesté de grenouilles et j'en passe. 4 étoiles sur tripadvisor, incroyable. Non Ubajara ne vaut pas le (long) détour.

    Fatigué de ces deux expériences et des longs trajets nous ne sommes pas allés à Lençois Maranhenses, dommage...

    Nous sommes allés à Canoa Quebrada une station balnéaire pur jus. Rien d'exceptionnel mais là au moins la mer est belle, la plage sympa. Nous avons dormi dans une pousada qui avait des petits bungalows sympas où l'on pouvait faire sa cuisine. Bien agréable sachant que le Nordeste ne brille pas par la qualité de ses restos! Attention car Canoa Quebrada est facilement accessible depuis Fortaleza, 3h30 de bus, plusieurs par jour et du coup les weekends c'est bondé au point qu'il n'est pas impossible que vous ne puissiez pas vous loger.

    Enfin nous sommes partis pour Natal. Il y a plusieurs bus directs, via Aracati à 30 minutes mais si vous souhaitez, comme nombre de touristes, aller directement à Pipa à 1h30 au sud de Natal vous n'aurez pas le choix. Vérifier les horaires, acheter les billets la veille sont impératifs. L'agence est à l'entrée de Broadway la rue de tous les bars et de la trépidante vie nocturne de Canoa. Ironie quand tu nous tiens...

    Nous avons dormi une nuit à Natal car nous sommes arrivés trop tard pour le bus pour Pipa. Bon, ben franchement c'est pas terrible. Une grosse ville moche de plus. Juste on peut y acheter de succulentes noix de cajou, pas aussi bonnes qu'à Bahia mais bonnes quand même. 

    Enfin nous voici arrivés à Pipa que nous avions écartés au départ. Quelle erreur car c'est bien le meilleur souvenir que nous garderons du Nordeste. Nager avec les dauphins nous a enchantés. Nous sommes restés 5 jours et tous les jours nous avons avec eux, des dauphins sauvages qui vous font lq fête, saute, s'amuse à vous "frôler", bref vous donne l''illusion d'être vous aussi un Cousteau! Le village est calme, presque sympa, bourré d'argentins mais bon ce n'est pas désagréable:) Il est possible de marcher des kilomètres sur la plage, un bon choix pour se détendre. Seul souci il a plu alors qu'au Céara pas une goutte en 15 jours!

    En résumé je ne suis pas sûr que le Nordeste vaille le détour, encore moins pour le voyageur limité dans le temps, il y a bien mieux à voir et à faire. Ceci étant si vous y allez soyez vigilant car cette partie du Brésil est assez dangereuse, nous nous sommes faits braquer dans un resto. Enfin prenez le temps à la gare routière de Fortaleza de bien noter les horaires de bus car ils ne sont guère accessibles sur le net.


    votre commentaire
  • A l'origine ce blog se voulait exclusif sur l'Amérique du sud où nous vivons depuis bientôt sept ans. De temps à autre nous sortons de ce continent pour en visiter d'autres. 

    Cette section prétentieusement appelée reste du monde est donc là pour parler d'autres pays qui ont le bonheur de nous amener à vivre nos vacances différemment. Lorsque l'on réside quelque part on n'y est plus vraiment touriste. Quel français visitant la France se verrait touriste comme l'est, par exemple, un argentin qui vient dans notre beau pays pour la premère et peut-être dernière fois de sa vie?

    Les pays dont nous parlons ici sont ceux que nous avons visité dernièrement. Difficile de parler de ceux que nous avons vu il y a plus de 15 ans...

    Pour l'heure deux voyages: Inde et Thaïlande. Le premier trois semaines en janvier 2013 et le second quatre semaines en janvier 2015.

     


    votre commentaire
  • En janvier 2013 nous avons passé trois semaines en Inde, au Rajasthan précisément. En cela nous avons suivi les conseils de nombre de voyageurs glanés de ci de là sur le web voire en demandant à des agences de voyage.

    Tout bien pensé c'est une erreur. En effet le Rajasthan est relativement uniforme tant pour les paysages que pour les palais à visiter. Il est, à mon sens, préférable de se prévoir une visite dans une autre province. Le bas de l'Himalaya par exemple si on ne veut pas trop s'éloigner de Delhi. 

    Il est vrai que les transports en Inde sont parfois chaotiques, que les avions sont annulés, les trains retardés, les routes peu sûres, etc...mais à tout prendre si je devais le refaire je ne resterai pas 3 semaines au Rajasthan.

    D'une manière générale l'Inde ne nous a pas émus même si, bien sûr, il s'agit d'un monde à part. Notre souci fut , peut-être, que nous voulions nous reposer, visiter tranquille, bref passer des vacances alors qu'en réalité l'Inde est une destination de découverte sinon aventureuse tout au moins mouvementée. Résultat des courses pas d'adresses d'hôtel ni de resto, juste nos impressions.

    Voici le circuit que nous avons fait:  

    Delhi-Udaipur direct en avion le jour de notre arrivée. Nous n'avions aucune envie de commencer le voyage par Delhi. Udaipur s'est avérée être la ville qui nous a le plus plu de notre voyage. Une ambiance tranquille, des palais à voir, celui sur l'eau notamment, un très bon resto près du palais, bref trois jours bien agréables.

    Le reste du voyage, sauf le trajet Agra-Delhi, nous l'avons fait en voiture. A chaque fois nous avons loué les services d'un taxi. Efficace et pas trop cher et, au final, moins angoissant que prévu vu les conditions de circulation!

    Udaipur-Jodhpur avec sur le trajet visite d'un fort et d'un magnifique temple où nous avons fait un excellent repas avec les fidèles sur le conseil de notre taximan. Une bien bonne journée.

    Jodhpur, la ville bleue n'est certes pas dénuée de charmes, le fort est magnifique, mais somme toute la saleté omniprésente a largement refroidi notre enthousiasme. En dehors du fort il y a, nous a-t-il semblé, peu à faire. 

    Pushkar la ville des touriste par excellence! Sympa le 1er jour, intriguant le 2ème et fatigante les suivants, surtout que nous y avons été sérieusement malades. Et non, nous n'avons pas mangé de viande et bla bla. On a mangé dans un joli resto pour touriste...Sans compter tous les mystico-mystiques en quête de spiritualité plus indiens que les indiens, bref, dans le fond, une espèce de grand guignol! Ce fut une déception surtout en ce qui concerne l'artisanat. Je me suis fait faire des chemises sur mesure que j'ai pu mettre qu'une seule fois. Elle n'ont pas supporté le premier et dernier lavage...De plus, à cause de l'intoxication alimentaire, ce fut un arrêt prolongé qui de surcroît a sérieusement entamé notre confiance et nous a empêché de penser sereinement à filer en Himalaya. Le tournant du voyage en quelque sorte.

    Jaipur nous a beaucoup plu. Sûrement parce que nous nous y sommes requinqués mais aussi parce que, pour bordélique que ce soit la ville, elle a un certain charme avec ses marchés qui nous ont bien plu. Les palais sont beaux, le fort d'Amber vaut vraiment le coup. Si vous ne deviez en voir qu'un c'est celui-là. De bons moments qui restent avec Udaipur les meilleurs souvenirs du voyage.

    Agra et le fameux Taj Mahal. Oserais-je l'écrire? Oui, enfin non, le Taj Mahal ne nous n'a pas impressionné, il nous a même déçu quand nous l'avons vu! Voilà c'est dit.

    Attention aux horaires d'ouverture. C'est une mosquée et donc elle est fermée le vendredi. Par contre ce jour-là Agra devient une ville plus agréable car il y a beaucoup moins de monde.

    Maintenant nuançons. Tous les forts et palais se ressemblent alors forcément quand on voit le Taj Mahal en dernier on est un brin lassé. Enfin, est-il besoin de le préciser, il y a un monde fou, mais vraiment fou. Les tarifs pratiqués à Agra sont élevés, au regard du reste du Rajasthan, les gens désagréables, en résumé tout joue contre le Taj Mahal.

    On pourrait s'aventurer à comparer avec la Tour Eiffel que tout visiteur ira voir au moins une fois mais qui tout compte fait, parce que justement  vendu comme le top du top, vous décevra.

    Alors le Taj Mahal? Et bien cela reste une incroyable construction qui vous ravira pour peu que vous décidiez d'y passer du temps. Les jardins sont agréables, l'architecture du palais, le marbre blanc, le soleil couchant aident à apprécier un monument qu'i faudrait avoir la chance de découvrir seul. Il y a un autre fort dans la ville. Si vous êtes à Agra le vendredi cela peut valoir le coup.

    New Dehli ne nous a pas plu du tout! Bruyante, chaotique, sans charme, une capitale sans intérêt, enfin c'est ce que nous avons ressenti.


    votre commentaire
  • Je ne souhaite pas dans cet article prendre la place d'un médecin, voir le préambule dans les recommandations générales.

    J'ai fait trois acido-cétoses pendant mes différents voyages - en Syrie en 1997, non diagnostiquée bien que j'ai été hospitalisé, en Bolivie en 1999 qui a failli me coûter la vie. J'ai compris seulement après coup que j'avais fait à chaque fois des acido-cétoses. Et enfin récemment en 2013 en Inde. Là, je savais ce qui m'arrivait et je m'en suis sorti seul et rapidement comparés aux 15 jours d'hospitalisation en Bolivie.

    Vécues en Bolivie par ignorance et bêtise, en Inde par manque cruel de chance,  les décompensations du diabète sont les pires problèmes que j'ai rencontrés dans ma vie, les plus angoissants aussi. Le genre de souci qui ne fait pas rire, le genre d’anecdotes que jamais on ne raconte sourire aux lèvres en embellissant la réalité. Non, vraiment rien de sympa là-dedans.

    Voici l’enchaînement classique:

    Je mange un truc qui ne passe pas. Simple intoxication alimentaire. Ça ressemble à la fameuse "turista" mais comme je ne peux pas vraiment "sauter" de repas je continue à manger. Finalement je vomis. Parfois cela débute directement par des vomissements. 

    J'ai peur de faire une hypo donc je baisse l'insuline, normal puisque je ne mange plus. Mais du coup ma glycémie monte car l'insuline permet l'assimilation du sucre et comme notre corps en a trop du sucre ça se complique sérieux. Je me fais donc une injection et je fais une hypo. Je mange un truc sucré. Le sucre regrimpe en flèche. Je vomis de nouveau. Et là le processus s'est enclenché. Le mauvais trip vient de commencer.

    La dernière fois, en Inde, nous avions mangé dans un resto propre, sympa mais manque de bol on se chope une intox grave! Ma femme, après 24 h de diète absolue, s'est récupérée et 3 jours après il n' y paraissait plus.Décompensation -acidocétose

    De mon côté ce fut, pour sortir de la décompensation et retrouver une alimentation normale, une galère de plus de 4 jours à jongler entre les piqûres réduites, les gorgées d'eau et quand, enfin,je ne vomissais plus, les quelques grains de riz blanc que je peinais à avaler. Sachez aussi que vous ne devez sous aucun prétexte arrêter les piqûres sinon c'est le coma, c'est ce qui m'est arrivé en 1999, merci Dr R, le diabétologue qui m'avait raconté n'importe quoi... Vous vous injectez de l'insuline pour, principalement, empêcher la montée de l'acétone et ainsi vous risquez alors de faire une hypo. Se "resucrer" quand on ne garde pas même les liquides c'est chaud, très chaud. Sans vouloir être grandiloquent je ne peux pas écrire autre chose que ce que j'ai ressenti: une peur inouïe de me voir partir. Si vous vous sentez "hypermal" et craignez pour vous, il n'y a pas à hésiter, essayez de vous rendre dans une grande ville, la capitale ci-possible, et vous faire hospitaliser.


    votre commentaire
  • Je ne parlerai bien sûr que des pays que je connais: Costa Rica, Panama, Colombie, Equateur, Pérou, Bolivie, Chili, Argentine (c'est pas mal déjà...). Ce qui suit est plus que jamais très subjectif!

    Personnellement je pense que si l'on va dans un pays hispanophone pour apprendre l'espagnol c'est qu'on espère pratiquer au maximum avec les gens du pays, donc il faut une population bavarde!!
    C'est pourquoi j’exclurais le Panama et le Costa Rica car les gens te parlent bien plus souvent en anglais même lorsque l'on est identifié hispanophone. On a un collègue argentin qui a une "tête de gringo"(sic) et qui est revenu fou de rage de son voyage là bas car il devait se battre pour parler espagnol. En plus Panama et Costa Rica sont deux pays assez chers.

    Je ne conseillerai pas la Bolivie car même si la vie y est peu chère et que les boliviens sont agréables ils sont plutôt fermés. De plus une majorité d'entre eux n'a pas pour langue maternelle l'espagnol. Sans compter que la vie à La Paz n'est pas facile, à cause de l'altitude mais pas seulement. Sucre qui ne nous a absolument pas plu est de même éliminé, bien que cette option soit souvent vantée par pas mal de voyageurs.

    Le Chili est un pays sympa, sans conteste le plus beau du continent mais assez rural dans le fond. Certes Santiago est une ville agréable mais les Chiliens ont un accent assez spécial, parlent "fermé" comme on dit en espagnol et enfin ne  sont pas les plus causants du continent, loin de là. Malgré tout je ne l'écarte pas car à Santiago tout est un peu différent du reste du pays. Le coût de la vie ne me semble pas prohibitif. Bien peser le pour et le contre. 
     
    L'Equateur un pays facile, sympa où apprendre l'espagnol peut être une bonne option. Malgré tout c'est un peu comme pour la Bolivie, beaucoup n'ont pas pour langue maternelle l'espagnol et les équatoriens ne nous sont apparus comme les plus bavards des gens mais pourquoi pas?

    S'il n'y avait pas les problèmes d'insécurité, moindres ces derniers temps mais néanmoins bien réels, la Colombie serait un bon endroit. En effet, les colombiens sont très sympas, ils sont ouverts et bavards et leur espagnol est relativemment neutre. Le pays est vaste et a un fort potentiel touristique. Une option à envisager.

    Le Pérou que nous ne connaissons qu'imparfaitement. Lima étant désagréable comme ville, nous l'écartons.
    On connait des français qui ont pris des cours à Cuzco  dont ils ont été très contents. Le niveau des écoles de langue y est réputé bon.  Bien évidemment la région est vraiment belle, l'espagnol péruvien est limpide - le plus beau du continent dit-on souvent.

    Reste l'Argentine et bien sûr Buenos Aires. Les Argentins sont très bavards, très ouverts, super gentils. Si tu sais dire trois mots on te félicite comme si t'étais déjà bilingue, le bonheur! Le niveau des écoles est bon et il y a un très grand choix. Les tarifs sont raisonnables. La ville est sympa avec une grande offre culturelle en espagnol qui permet de pratiquer à fond. Franchement Buenos Aires est LA ville pour apprendre.
    Un petit bémol toutefois, les argentins ont un accent terrible qu'immanquablement ils te transmettront. C'est un peu comme apprendre le français au Quebec, ça marque...

    2 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires